Pourquoi j’arrête l’orthophonie libérale…(1)

 

Bonjour les amis de Réussir en Beauté,

Avant de vous dire pourquoi j’arrête l’orthophonie libérale, il me semble que ce serait bon de vous dire pourquoi j’ai été orthophoniste tout court.

Si vous me suivez depuis assez longtemps, ou si vous avez lu mon livre « Les secrets de la réussite scolaire », ou mon autre ouvrage « L’art, médium thérapeutique en orthophonie », vous avez déjà un peu entendu l’histoire de ma vocation. Aujourd’hui, je vais la détailler un peu plus. A ce moment-là, ma mère, qui était institutrice et bienfaitrice à ses heures perdues, avait décidé de recueillir un enfant en difficulté sociale pendant quelques semaines, et cet enfant souffrait d’un zozotement. Je ne connaissais pas du tout ce terme à l’époque, ni bien entendu celui de stigmatisme, encore plus barbare. Entre nous, je ne me suis jamais tout à fait habituée à ces mots barbares qui font très sérieux et intellos pour en plus, freiner la compréhension du grand public !

Tout ce que je voyais, du haut de mes 14 ans, c’était un enfant qui parlait avec la langue entre les dents, et je voyais que cela le gênait. Il devait avoir dans les 5-6 ans. J’avais en outre un sacré défaut que l’on m’a beaucoup reproché à l’époque : je voulais corriger tout ce que je pouvais corriger : l’articulation, les fautes d’orthographe et de grammaire, les références culturelles, tout ! Je me souviens que j’énervais toute ma famille, car certains se plaignaient que « je savais tout ». Apparemment, je le leur faisais savoir aussi ! Cependant, j’étais aussi très exigeante avec moi-même aussi (jusqu’à me mordre parfois).  Heureusement, je suis devenue beaucoup plus bienveillante et compréhensive aujourd’hui !

C’est déjà un premier indice, dans mon cas précis, pour devenir « ortho » phoniste. Ortho, cela veut dire « droit », alors de là à vouloir redresser tout le monde, en passant par le redressement de la langue, il n’y a qu’un pas…

Alors, de façon tout à fait spontanée, j’ai pris l’enfant avec moi, je l’ai placé devant un miroir et je lui ai montré comment et où placer sa langue, etc. Quelques jours plus tard, j’ai vu un reportage à la télé et devinez ce que j’y ai vu ? Une dame qui se tenait derrière un enfant, devant le miroir et qui lui montrait comment articuler. C’était la première fois que j’entendais parler des orthophonistes. A l’âge où l’on cherche sa vocation, pour moi, ce jour-là, c’est devenu une évidence. J’avais également de fortes références religieuses protestantes et il me semblait juste de vouloir aider les gens. Mon père étant douanier, j’avais aussi certainement le sens du devoir, des règles, des frontières à protéger et à ne pas dépasser. Cet ensemble de circonstances conscient et plus souvent inconscient a fait que l’orthophonie est apparue comme la voie parfaite pour moi. Finis les rêves de devenir artiste-peintre, écrivaine, chanteuse, auteure-compositrice, styliste, publicitaire ou encore météorologiste…

A partir de là, j’étais décidée. J’étais déjà au lycée car j’avais un peu d’avance,  et en première, j’ai décidé que j’étais surtout une littéraire. De toute façon, la première S, ça m’ennuyait, je trouvais qu’il y avait bien trop de calculs mathématiques et de formules toutes faites. Cette année-là a été une petite catastrophe dans les matières scientifiques. Je n’ai pas redoublé mais je suis passée en Terminale littéraire, au grand dam de mes parents. C’était une époque où l’on valorisait énormément les études scientifiques. C’est encore le cas aujourd’hui bien que cela évolue un peu, mais là c’était le pompon !

Car, je ne vous l’ai pas encore dit, mais j’avais aussi une forte fibre artistique dont nous ne parlerons pas ici, mais qui est l’une des causes principales du fait que j’arrête l’orthophonie aujourd’hui. Pour résumer un peu, depuis mon enfance, j’utilise beaucoup mon cerveau droit et pour rentrer tout à fait dans les clous de ce système, il faut une forte dose de cerveau gauche car on a tendance à tout analyser, décortiquer, disséquer, juger et corriger… J’avais les deux, certes (euh, comme tout le monde…), mais depuis quelques années, avec mon propre développement personnel, mon cerveau droit se rebelle et me réclame plus de liberté et d’attention !!!

D’ailleurs, je crois qu’il est temps de s’arrêter ici pour aujourd’hui !

La prochaine fois, je vous raconterai ce que j’ai ressenti quand j’ai commencé à travailler en orthophonie libérale, à l’âge de 22 ans, après toutes ces années d’étude et d’attente.

Au fait, avez-vous vu que j’avais sorti mon premier cours en ligne d’orthophonie intitulé « Comment corriger la déglutition ? ». Je vous invite à le découvrir sur cette page. Pensez à en parler autour de vous ! J’y ai mis toutes mes compétences de 29 ans et aussi tout mon cœur ! C’est la rééducation préalable à toute rééducation de l’articulation (renforcement musculaire).

Ce cours est le premier d’une série que je consacrerai à l’orthophonie, pour que toutes ces années d’expérience servent au plus grand nombre et à des prix raisonnables. J’ai, par exemple, l’intention de créer ma méthode de lecture, aussi complète et exhaustive que possible, car c’est un projet de longue date qui m’est apparu primordial, malgré toutes les méthodes qui existent. J’ai trouvé qu’il manquait toujours quelque chose donc je vais essayer de combler ces manques.

Depuis le 26.07, j’ai également la très grande joie d’être collaboratrice pour le magazine Féminin Bio. Mon premier article traite du zozotement. Après tout, tout a commencé par là… 😉

Je reste bien sûr à votre disposition pour des séances de coaching individuel, car j’adore toujours aider les gens, avec bienveillance, et leur rendre le sourire (voir les témoignages) !

A très bientôt,

Avec tout mon amour,

Nadège COMPPER.

Cet article comporte 4 commentaires
  1. BonJour Nadège,

    C’est Agréable de te lire 🙂

    Merci de partager avec nous ton histoire, on comprend mieux d’ou tu viens et ton parcours.

    J’ai bien aimé l’anecdote avec « ortho » (droit). On ne peut pas vraiment dire que tu t’es trompé de chemin 😀

    Quoique tu fasses à l’avenir, je te souhaite que du Succès Nadège !

    Coeurdialement,
    Sridar

    1. Bonsoir Sridar, c’est agréable de te lire ici aussi ! Merci beaucoup de m’avoir lue et de m’encourager sur mon nouveau chemin. C’est vrai que sur le coup quand on rencontre des difficultés, on peut se dire qu’on s’est trompé, mais c’est un leurre car on est toujours à sa place, la place du bon apprentissage, j’ai fini par le comprendre aussi. Je raconterai bientôt la suite et je sais que les choses seront plus claires petit à petit, j’ai quelques indices mais ch…t, à suivre ! J’espère que pour toi aussi les choees semblent plus claires (as-tu trouvé le bon emplacement pour poser tes valises ?) et à bientôt ! 🙂

  2. Nadège,
    Je suis très contente de te lire. J’ai revu la jeune fille de 14 ans. Tes talents de chanteuse, ton beau sourire, ta démarche rapide.😉
    Que de chemin parcouru ! Merci de partager tout cela avec nous. Pour ma part, c’est très inspirant. Je crois qu’il n’y a pas de hasard mais des synchronicités. Ce que tu partages ici fait écho à l’étape dans laquelle je me trouve. Merci. Continue à devenir ce que tu veux. Bisous.

    1. Bonjour Laure, désolée de cette réponse tardive pour plein de bonnes raisons dont des petits obstacles avec mon opérateur (en cours de résolution). 🙂 Merci pour cette beau commentaire qui m’encourage à suivre ma voie, aussi librement et joyeusement que possible. Nous n’avons qu’une seule vie et pourtant, bien des chaînes pour nous empêcher de la vivre. Mais cela est en train de changer, dans notre génération qui se réveille mais aussi dans les générations suivantes qui ne veulent pas suivre notre chemin étriqué ! Prends ton temps et écoute tes intuitions, oui, nous avons encore de belles choses à vivre et l’avenir est devant nous et en nous, dans le présent. Tout se joue dans le présent. Bises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

55 + = 59

FERMER

 Réussir en Beauté

 

EBOOK GRATUIT

 
Inscrivez-vous à la newsletter et obtenez le guide "Comment Réussir en Beauté"