Quand l'art devient thérapie : le mime…

 

« La parole n’est pas nécessaire pour exprimer ce qu’on a sur le cœur » Marcel MARCEAU.

Qu’est-ce que le mime ? Le mime est à la fois un acteur et une forme de théâtre dont les expressions principales sont la mise en scène de l’attitude, du geste et de la mimique. Il consiste à interpréter un morceau de vie sans paroles ou avec peu de mots, le poids principal de l’expression devant être porté par les différents langages du corps…

Cette discipline a été fort bien représentée dans le monde par le célèbre Mime MARCEAU (qui a inspiré Michael JACKSON pour son moonwalk) :

 

Pourquoi vous parler du mime aujourd’hui ?

Parce que je vous parlais récemment de mes anciennes difficultés d’élocution (Que faire si mon enfant bégaie ?), quand j’étais enfant et adolescente. Quand je suis arrivée de la Guadeloupe en 1983, j’étais vraiment encore très timide et “coincée” comme on dit, très complexée pour un tas de raisons, comme beaucoup de jeunes de cet âge : je me sentais trop grosse (un peu anorexique boulimique), j’avais des problèmes hormonaux, et j’en passe…

Mais j’avais envie de progresser ! C’est une bonne base de départ pour réussir à atteindre ses objectifs, n’est-ce pas ?

Comme j’ai toujours été attirée par les formes d’art, je ne sais plus comment c’est arrivé, mais j’ai atterri dans un stage organisé à Marseille, par le mime Bizot, déjà assez célèbre à l’époque. C’était dans le cadre d’une école de danse classique, car vous le savez, les danseurs ont eux aussi besoin de travailler leur expression scénique.

Je sentais que le passage par le corps, sans la parole, allait fortement m’aider. Je me rappelle comme cela a été difficile au tout début… Nous devions faire des exercices en solo, en passant devant les autres, sous le regard sévère et parfois sarcastique du professeur…

Mais je ne me suis pas laissée abattre. J’étais avec de jolies danseuses longilignes issues d’un milieu aisé, mais tant pis ! S’il fallait s’exprimer à haute voix de temps en temps, ou supporter certains traits de caractère ou situations désagréables, c’était difficile, mais nous n’étions pas là pour ça ! Je n’étais pas là pour ça mais pour me soigner ! Et je suis un Poissons à cornes… 🙂

Je me suis vite approprié les exercices et je voyais (et entendais) que Philippe BIZOT était content de mon travail. Il ne me l’a jamais dit ouvertement, mais j’ai réussi à l’entendre dire à quelqu’un à voix basse :” Elle est très douée, Nadège” !

En fait, j’étais heureuse, je m’éclatais, même ! J’ai continué cette activité toute l’année, et nous avons terminé par un spectacle où nous devions, entre autres, interpréter des marionnettes. Ce projet correspondait tout à fait à mes attentes secrètes. J’ai adoré jouer cette marionnette qui se levait péniblement et prenait désespérément vie, contre toute attente, sous les yeux des spectateurs fascinés !

Tous mes gestes étaient intenses et pleins d’émotions : c’était la chance de ma vie, je vivais et je reprenais le contrôle de mon corps, et peu importe ce que l’on voyait et pensait de moi, j’avais trouvé une clé qui menait à la liberté !

J’étais vivante, j’avais le droit de vivre, je m’exprimais, je me libérais ! Je ne serais plus jamais une marionnette rigide et manipulée ! 🙂

En effet, particulièrement dans le mime, c’est le mental qui crée l’univers, les émotions, les gestes et les attitudes qui suivent, et rien d’autre ! Il m’a fallu encore beaucoup d’étapes pour gagner d’autres libertés (et ce n’est pas terminé) mais ce sera une leçon sur laquelle nous reviendrons souvent ici dans le cadre de la réussite.

Plus tard, j’ai poursuivi en autonomie, et j’ai créé mes propres spectacles pour une communauté religieuse que je fréquentais à l’époque (sur des paraboles bibliques, le clou de mes idées à l’époque a été un spectacle sur la parabole du semeur, où des grains sont plantés dans des terrains différents pour un résultat différent (voir annexe en fin de page). L’occasion pour moi d’exprimer tout un panel d’émotions comme la peur, l’insouciance, l’asphyxie, la joie, etc.). Je faisais plutôt du mime dansé, je préparais mes bandes-sons en choisissant mes musiques, créant mes scénarios chorégraphiés, etc.

Et les gens en redemandaient, venaient me voir pour me dire à quel point ils avaient ressenti ce que je voulais exprimer… J’ai fait mon dernier spectacle devant plus de 300 personnes ! Je prenais évidemment de plus en plus confiance en moi, en mon corps, en mes capacités intellectuelles et artistiques et je m’exprimais mieux.

J’ai continué un peu à Toulouse, mais ce n’était plus Philippe BIZOT… et j’avais envie d’explorer d’autres univers comme le chant dans une école de Jazz (pour débloquer la voix cette fois…), mais ça, c’est une autre histoire !

Je vous raconte tout cela, 25 ans plus tard, non pas parce que je suis devenue une mime connue ni pour parler de mes exploits, tout relatifs au demeurant, mais pour vous dire combien il est important de prendre le taureau par les cornes, tout en allant vers ce qui nous fait plaisir !

Choisir la liberté demande parfois du courage et de la persévérance, mais ça en vaut la peine !

Mon professeur Philippe BIZOT disait aussi dans une interview qu’il avait été un enfant très timide. Et le voilà mime de classe internationale ! C’est aussi cela, l’art-thérapie !

mime-philippe-bizot

Le mime Philippe BIZOT.

Aujourd’hui, le mime BIZOT a fait évoluer son art et associé le conte à la pantomime comme ici :

Mais il donne encore des cours, par exemple à des sourds :

“À l’Alliance française de Valledupar, le Maître international de la Pantomime, le mime français Philippe Bizot, a présenté l’atelier pédagogique « Le Silence comme moyen de communication », et quelques techniques de la pantomime individuelle et collective, principalement à l’intention des personnes sourdes de Valledupar (Cesar- Colombia), où la plupart étaient étudiants de l’Instituto Tecnico Comercial Jose Eugenio Martinez, l’École Normal Superior María Inmaculada et l’Instituto Tecnico Pedro Castro Monsalvo (INSTPECAM).

C’est une belle initiative ! Je suis si fière et heureuse d’avoir investi dans le mime et que la vie m’ait fait rencontrer ce mime merveilleux qui m’a tant aidée !

Pour terminer cet article sur le mime, je vous propose de visionner ces vidéos pour mieux comprendre l’impact de cette discipline sur l’esprit et le corps et ses effets qui sont similaires aux bienfaits de la danse chorégraphiée :

-amélioration du schéma corporel

-amélioration de la coordination

-imagination et visualisation

-créativité,

etc.

Essayez ! Amusez-vous bien et dites-vous que ce ne sera jamais anodin, vous en tirerez toujours un bénéfice, soit pour vous, soit pour vos enfants ! C’est en anglais, mais normalement, c’est du mime et vous n’avez pas besoin de la parole pour comprendre !

Et laissez parler votre coeur, exprimez-vous, et soyez libre d’être heureux, de plus en plus heureux ! Comme le disait Voltaire, “J’ai décidé d’être heureux parce que c”est bon pour la santé !”

Et si le bonheur tenait à une décision ? Laquelle prendrez-vous aujourd’hui ?

A bientôt,

Nadège COMPPER.

Annexe/La parabole du semeur :

Texte de l’évangile selon Luc (8. 4-15)

“Jésus dit en parabole :

Le semeur sortit pour semer sa semence. Comme il semait, quelques grains tombèrent le long du chemin, furent piétinés, et les oiseaux du ciel mangèrent tout.

D’autres tombèrent sur le roc ; après avoir levé, ils séchèrent, parce qu’ils n’avaient pas d’humidité.

D’autres tombèrent au milieu des épines ; et les épines, qui avaient levé avec eux, les étouffèrent.

D’autres tombèrent dans la bonne terre ; ils levèrent et produisirent du fruit au centuple. En disant cela, Jésus criait: Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. Ses disciples lui demandèrent ce que pouvait signifier cette parabole…

Or voici le sens de la parabole : La semence, c’est la parole de Dieu. Ceux qui sont le long du chemin sont ceux qui entendent ; ensuite vient le diable, qui ôte de leur cœur la Parole, de peur qu’ils ne croient et soient sauvés.

Ceux qui sont sur le roc sont ceux qui, lorsqu’ils entendent la Parole, la reçoivent avec joie ; ceux-ci n’ont pas de racine : ils ne croient que pour un temps et, au moment de l’épreuve, ils se retirent.

Ce qui est tombé au milieu des épines, ce sont ceux qui, après avoir entendu, poursuivent leur chemin sous l’emprise des soucis, des richesses et des voluptés de la vie : ils sont étouffés et ne portent pas de fruit à maturité.

Ce qui est dans la bonne terre, ce sont tous ceux qui, après avoir entendu la Parole, la retiennent dans un cœur honnête et bon, et portent du fruit avec patience.”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FERMER

 Réussir en Beauté

 

EBOOK GRATUIT

 
Inscrivez-vous à la newsletter et obtenez l'extrait du livre "Libérez votre vie, libérez votre esprit", ainsi que le guide "Comment Réussir en Beauté"